Hypospadias : causes, symptômes et traitements de cette anomalie congénitale

·2 min de lecture

L'hypospadias est une anomalie congénitale qui ne touche que les individus de sexe masculin : cette malformation du pénis présente dès la naissance n'est pas rare puisqu'elle atteint environ 1 garçon sur 300. En langage médical, on parle aussi d'hypospade.

Hypospadias : quels sont les symptômes ? Le mot " hypospadias " se compose de la racine grecque " hypo- " (qui signifie " en dessous ") et " spade " (qui désigne l'ouverture).

En cas d'hypospadias, l’ouverture par laquelle passe l’urine (que l'on appelle " méat urinaire ") n’est pas située au bout du pénis, mais plutôt au niveau de la verge, le long du canal urinaire. L'hypospade se caractérise ainsi par :

À savoir. 5 % à 10 % des cas d'hypospadias sont familiaux. 20 bébés pour 10 000 environ naissent avec cette malformation congénitale. D'après l'Association Française d'Urologie (AFU), la fréquence de l'hypospadias aurait doublé depuis les années 1970.

Les causes exactes de l'hypospadias ne sont pas encore totalement connues. Les scientifiques savent toutefois qu'il est question d'un mauvais développement du pénis entre la 8ème et la 14ème semaine de grossesse. Plusieurs hypothèses sont aujourd'hui avancées :

À savoir. L'hypospadias n'est pas une malformation congénitale dangereuse pour la santé. Toutefois, il affecte l’apparence du pénis et son fonctionnement. Certains garçons atteints d’hypospadias peuvent avoir de la difficulté à uriner debout. À l’âge adulte, l’emplacement du méat urinaire et la courbure du pénis peuvent aussi nuire au fonctionnement sexuel.

Le traitement de l'hypospadias est chirurgical : la chirurgie est ainsi conseillée afin d’éviter des difficultés pendant la miction (cela désigne l'action d’uriner) et les problèmes esthétiques. Le but est également de prévenir les difficultés pendant l’acte sexuel et les risques d’infertilité.

À savoir. En cas d'hypospadias, la chirurgie est habituellement proposée lorsque l’enfant est âgé de 6 à 24 mois. " Intervenir vers un an signifie notamment l’absence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite