Nos idées déco pour changer de sol sans tout casser

·2 min de lecture

Avant d’installer un nouveau sol, la solution classique consiste à casser le carrelage existant, décoller les anciennes dalles ou retirer le vieux parquet pour refaire une chape. Un travail fastidieux, coûteux et générateur de nuisances : poussière, bruit… Aujourd’hui, il existe des solutions pour conserver le support en place. On peut coller le nouveau revêtement sur l’ancien, à condition que celui-ci soit en assez bon état. Sinon, la pose libre (ou flottante) est tout indiquée. D’autres idées ? La peinture spéciale sol, hyper résistante sur carrelage ou parquet, ou encore le béton ciré, à la mise en œuvre plus délicate.

Futé, il suffit de dérouler une sous-couche isolante et de clipser les lames par-dessus. Le revêtement existant doit être bien plan, sinon il faut faire un ragréage. Ici, une pose à bâton rompu, très tendance. Le plus. Préférez le parquet flottant pour les pièces à l’étage, car il isole mieux du bruit qu’un parquet collé. Lames contrecollées en chêne vitrifié « Brocéliande », 80 x 13,90 cm, Panaget chez Leroy Merlin, 84,95 € le m2.

Le grès cérame peut se coller sur un ancien carrelage à condition que celui-ci soit plan et stable. On nettoie les vieux carreaux avec une lessive aux cristaux de soude (St Marc) puis on applique un primaire d’accrochage (« Weberprim universel », Weber). A savoir. Plus fragiles, les carreaux grand format ou fins exigent un support parfait. La pose d’un enduit de finition pour aplanir la surface (ragréage) est recommandée. Carrelage effet béton « Spirit », 120 x 120 cm, Ariana chez Leroy Merlin, 79,95 € le m2.

Le sol PVC est le roi du relooking express, y compris dans la salle de bains. Ses motifs variés et son petit prix expliquent son succès. Déroulez, c’est posé ! Pas besoin de colle, un adhésif double face suffit. Pour absorber les irrégularités du support, optez pour un revêtement avec une sous-couche intégrée (« Modul’up » de Forbo, lames et dalles repositionnables « Senso Adjust » de Gerflor…). Le plus. C’est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite