Il se reconnaît sur une photo de vacances de sa fiancée prise quand elle était enfant

Les amoureux aiment toujours tomber sur des signes qui confirment qu’ils sont faits l’un pour l’autre : « on adore tous les deux le bleu ! », « mon horoscope m’avait prévenu ! », mais certains signes sont parfois inattendus. Verona Koliqi et Mirand Buzaku venaient tout juste de se fiancer lorsqu’ils sont tombés sur une vieille photo prise 10 ans auparavant, et quelle coïncidence !

« Mon cousin a trouvé cette photo sur son ordinateur et me l’a envoyée sur mon téléphone afin qu’on rigole un peu de notre apparence », a confié V. Koliqi à Yahoo Lifestyle. On voit ainsi un groupe d’enfants en train de poser sur une plage du Monténégro. La jeune femme a montré la photo à son fiancé, et les deux tourtereaux se sont empressés de se moquer de son look de garçon manqué. Cependant, M. Buzaku a ensuite observé le gamin en arrière-plan, allongé sur une bouée qui ressemblait étrangement à sa propre bouée d’enfance.

La photo du couple, lorsqu’ils étaient enfants. (Photo : avec l’aimable autorisation de Verona Koliqi)

« Il m’a dit : ‘Attends une seconde, je crois que c’est moi ! », se souvient V. Koliqi. « On s’est regardés en disant : ‘Non, c’est impossible’ ».

Tous les éléments de la photo correspondaient aux souvenirs de M. Buzaku qui aimait passer du temps dans l’eau et portait un T-shirt blanc similaire. Ils avaient du mal à y croire et ont donc décidé de se renseigner auprès de sa famille. Cette dernière a confirmé qu’ils s’étaient bien rendus sur cette plage à la même époque. Le plus fou, c’est que Verona vivait alors à Londres et Mirand au Kosovo.

Je ne pensais pas cela possible, même si j’ai déjà entendu le dicton : ‘vous croiserez le chemin de votre âme sœur au moins une fois avant de la rencontrer’, confie-t-elle.

Koliqi vit toujours au Royaume-Uni, mais était en visite au Kosovo (également son pays d’origine) pendant l’été 2016. C’est à ce moment qu’elle a de nouveau croisé le chemin de M. Buzaku, mais les deux jeunes tourtereaux ne se sont pas loupés cette fois-ci.

« On se lançait des regards tous les jours sans jamais agir », confie-t-elle. La jeune femme a fini par faire le premier pas en ‘likant’ une des photos du jeune homme sur Instagram. Il a fait sa demande en mariage un an plus tard dans un hôtel en Turquie.

Les fiançailles du couple. (Photo : avec l’aimable autorisation de Verona Koliqi)

« Je ne me doutais pas qu’il prévoyait de faire sa demande, car, selon la tradition de notre pays, les fiançailles doivent être organisées et validées par les deux côtés au préalable », confie V. Koliqi. Il avait organisé une ambiance musicale et fait appel à un photographe avant de faire sa demande dans le restaurant.


Arghh, la légende finit toujours par être effacée, qu’est-ce qui se passe ??? Dernière tentative : voici l’explication de la photo ❤️ Un jour, j’étais en train de regarder une vieille photo prise à la plage il y a 10 ans et je l’ai montrée à mon fiancé (depuis) pour rire un bon coup et revenir un peu dans le passé. @mirandbuzaku est du genre observateur et a remarqué que le gamin en arrière-plan portait le même ensemble T-shirt et short que lui à l’époque et qu’il surfait sur une bouée qui ressemblait à la sienne. Une analyse plus approfondie et la confirmation de sa famille nous ont permis de conclure qu’il s’était bien incrusté sur ma photo de famille ❤️❤️

Koliqi, qui a plutôt l’habitude de publier des articles qui mettent en avant ses talents de maquilleuse sur Instagram, a cette fois-ci partagé la photo de ses fiançailles à côté de la photo de leur « première rencontre » d’enfance. L’article a déjà réuni plus de 30 000 likes. Les internautes sont visiblement fans des belles coïncidences romantiques.

Sabrina Rojas Weiss