En images : l’éruption spectaculaire du plus grand volcan de la planète

Quatrième jour d’éruption sur le géant hawaïen. L’activité semble stabilisée, avec les fissures 3 et 4 toujours actives et les coulées associées qui continuent leur progression. L’activité est prépondérante sur la fissure 3, la plus en amont. Les fontaines de lave atteignent une vingtaine de mètres et construisent un rempart de quelques mètres de haut de part et d’autre de ce rideau de lave. Un cône pourrait s’y construire si l’activité perdure. La plus longue coulée de lave continue d’avancer vers le nord, mais à un rythme bien plus lent désormais. En effet, lors de la matinée du 30 novembre, le front n'avançait plus qu’à 25 m/h (contre plus de 400 m/h la veille). Il est à encore plus de cinq kilomètres de Saddle Road qui traverse l’île entre le Mauna Loa et le Mauna Kea.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le spectacle sur la fissure 3 au matin du 30 novembre.

L’éruption se stabilise donc, mais les volcanologues ne chôment pas pour autant. Outre le travail de terrain, l’imagerie satellitaire permet d’en savoir un peu plus sur la situation. D’abord, le différentiel entre deux images radar avant et après le début d’éruption permit la création d’un interférogramme qui indique les zones du volcan qui se sont déformées pendant ce laps de temps. La zone sommitale a ainsi dégonflé, preuve de la vidange d’un réservoir magmatique situé sous le sommet, et le flanc nord-est a gonflé, signe de l’intrusion magmatique qui a ensuite alimenté les quatre fissures éruptives.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura