Images pédopornographiques : qu’est-il reproché à Bastien Vivès et sa bande dessinée ?

France 3

C’était il y a plus de quatre ans… Mardi 25 septembre 2018, la bande-dessinée Petit Paul, accusée de pédopornographie, était retirée de certaines librairies. Après l’annulation de son exposition au festival d’Angoulême, son auteur, Bastien Vivès, avait fait l’objet d’une plainte déposée par Innocence en danger et d’une autre par la Fondation pour l’enfance. Vendredi 6 janvier 2023, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête pour diffusion d’images pédopornographiques visant celui-ci. Paru mercredi 19 septembre 2018 aux éditions Glénat, Petit Paul présente un enfant au pénis démesuré suscitant la convoitise des femmes. Suite à la polémique, c’est sur Instagram que Bastien Vivès avait partagé : "Je condamne la pédocriminalité, ainsi que son apologie et sa banalisation. Je condamne la culture du viol et les violences faites aux femmes. Je tiens à exprimer ma solidarité sincère envers les victimes d’inceste et de tout autre abus sexuels. En aucun cas, mes livres ne doivent être lus sous le prisme de la complaisance envers ces crimes."

Souhaitant se justifier, l’auteur avait précisé : "Pour celles et ceux qui ne m’auraient jamais lu, la plupart de mes livres évoque la naissance du sentiment amoureux et du désir. C’est le sujet qui m’inspire le plus. Mes quatre livres dits 'pornographiques' sont vendus en librairie sous blister, avec un avertissement et une interdiction aux moins de 18 ans. Ils s’inscrivent dans un genre burlesque humoristique." Mardi 20 décembre 2022, dans un communiqué, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite