IMG : comment calculer son indice de masse grasse ?

La graisse n’est pas là pour nous embêter ! Elle est surtout utile à l’organisme, car elle permet de lui fournir l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement. Mais voilà : en trop grande quantité dans le corps, la graisse est associée au surpoids, qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité dans le monde, rappelle l’Organisation mondiale de la Santé.

Pour connaître sa quantité de graisse, il est possible de consulter son indice de masse grasse. C’est un index qui permet de juger la proportion de tissus adipeux d’une personne adulte. Cette formule dérivée de l’indice de masse corporelle (IMC) n’est valable que pour les individus âgés de 15 à 50 ans et fonctionne selon ce calcul : (1.20 x IMC) + (0.23 x âge) − (10.8 x sexe (femme = 0, homme =1) ) −5.4.

Quel pourcentage de masse graisseuse pour être en bonne santé ?

Chez les hommes, le résultat doit se situer entre 15% et 20%. En dessous de ces chiffres, il est possible que vous n’ayez pas assez de masse grasse dont le corps a besoin. Au-dessus de 20%, il est possible que vous ayez trop de masse graisseuse. Chez les femmes, la moyenne est comprise entre 25% et 30%. À noter que ce calcul n’est pas applicable aux femmes enceintes ou qui allaitent, aux athlètes d’endurance ou aux personnes très musclées.

Il existe d’autres moyens de calculer sa graisse, comme le calcul du pli cutané. Cela consiste à mesurer le pli formé en pinçant la peau avec un outil prévu à cet effet. Vous pouvez aussi investir dans un pèse-personne à impédancemètre. Cet outil permet de connaître le pourcentage de la graisse dans le corps en envoyant un léger courant électrique imperceptible dans le corps. La graisse est plus résistante au courant que les autres tissus. La balance peut ainsi évaluer la quantité de masse grasse et calculer un pourcentage par rapport au poids.

Comment perdre sa masse graisseuse ?

Afin de préserver sa santé, il est recommandé d’avoir une hygiène de vie saine, c’est-à-dire avec une activité

(...) Cliquez ici pour voir la suite