Publicité

Immigration illégale: reprise de la liaison maritime entre Mayotte et les Comores

Le ferry Maria Galanta a repris ce mercredi ses rotations entre le département français de Mayotte et l'île comorienne voisine d'Anjouan, suspendues depuis fin avril, alors que Paris mène des opérations contestées contre l'immigration illégale dans son territoire de l'océan Indien.

Le bateau a quitté le port de Dzaoudzi à 12H00 locales pour arriver au port comorien de Mutsamudu vers 16H00, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les deux îles ne sont distantes que de 70 km.

Selon le "collectif des citoyens de Mayotte" soutenant l'opération Wuambushu et présent au départ du navire, une vingtaine de Comoriens en situation irrégulière ont embarqué. Le collectif avait menacé de bloquer le départ si le Maria Galanta n'embarquait pas de Comoriens en situation irrégulière.

Bras de fer entre Paris et le gouvernement comorien

Contactée par nos confrères de l'AFP, la préfecture s'est refusée à commenter le chiffre. Le gouvernement comorien avait prévenu lundi qu'il n'accueillerait que les Comoriens en situation irrégulière volontaires pour rentrer au pays, après plusieurs semaines d'un bras de fer avec Paris sur la question du retour des sans-papiers.

"Je confirme l'arrivée de départs volontaires", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Houmed Msaidie. "Il n'y a eu que des départs volontaires", a-t-il insisté.

Selon des témoins, tous les passagers ont quitté le bateau. Les sans-papiers débarqués ont été conduits vers une autre sortie, à l'abri du regard des journalistes, pour quitter le port.

Moroni dans l'incapacité d'accueillir un afflux de migrants

Le Maria Galanta n'avait pas effectué de traversée depuis le 24 avril, les Comores ayant décrété la fermeture du port de Mutsamudu.

Moroni s'était dit dans l'incapacité d'accueillir un afflux de migrants et avait appelé la France à renoncer à l'opération "Wuambushu" (reprise, en mahorais), visant à expulser massivement des bidonvilles de Mayotte des Comoriens en situation illégale.

La compagnie maritime SGTM, qui opère les rotations entre les deux archipels, avait suspendu la liaison "jusqu'à nouvel ordre" compte tenu du "contexte".

Géographiquement dans l'archipel comorien, Mayotte est devenue département français en 2011 mais l'Union des Comores refuse de reconnaître la souveraineté de la France. Près de la moitié des 350.000 habitants estimés de Mayotte ne possèdent pas la nationalité française. De nombreux migrants africains périssent régulièrement dans des naufrages en tentant de rallier clandestinement l'archipel rongé par une délinquance qui explose.

Article original publié sur BFMTV.com