Immunité, fatigue, stress… Les bienfaits santé de l’acérola

L’acérola est un fruit originaire d’Amérique du Sud et des Caraïbes. Avec sa couleur rouge et son goût acidulé, il est souvent comparé à la cerise. C’est la raison pour laquelle il est également surnommé "cerise de la Barbade" ou "cerise des Antilles". S’il est particulièrement apprécié, ce n’est pas uniquement pour son goût, mais aussi parce qu’il a de nombreux bienfaits pour la santé.

L’acérola aide à lutter contre la fatigue

La fatigue est l’un des premiers signes d’une carence en vitamine C. Dans ce cas, une cure d’acérola est particulièrement recommandée, car il s’agit de la forme de vitamine C la plus naturelle et la mieux assimilée par l’organisme. Preuve en est : ce fruit contient 10 à 40 fois plus de vitamine C que l’orange ! Il est donc idéal pour lutter contre les coups de fatigue de l’hiver.

Acérola : un fruit antioxydant

La grande richesse en vitamine C de l’acérola fait également de ce fruit une source d’antioxydants, qui permettent de protéger les cellules de l’effet des radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules qui contribuent au vieillissement de nos cellules. L’acérola permet donc de booster la production de collagène de la peau pour une meilleure élasticité, et plus globalement de lutter contre le vieillissement cellulaire.

Un allié contre les bactéries et les champignons

L’acérola aurait également une action anti-bactérienne et anti-fongique. Un mécanisme qui pourrait être dû à sa richesse en fibres. "Avoir une alimentation riche en fibres favorise la digestion et permet d’éliminer. Cela peut donc avoir une action nettoyante au niveau de l’intestin et du côlon", explique Marc Le Quenven, naturopathe.

Une étude publiée en 2016 dans la revue Cell a d’ailleurs notamment démontré que le manque de fibres à un impact négatif sur les bonnes bactéries présentes dans le côlon : elle finissent par laisser la place aux mauvaises bactéries qui peuvent infecter la paroi de cet organe.

Une autre étude publiée en 2004 dans la revue Phytotherapy Research a

(...) Cliquez ici pour voir la suite