Immunité : méfiez-vous de cette mauvaise habitude qui altère vos défenses naturelles

·2 min de lecture

Les Français consomment trop de sel : 9 g par jour pour les hommes et 7 g par jour pour les femmes. Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser les 5 g par jour, autrement dit l’équivalent d’une cuillère à café. Et pour cause : une consommation excessive de sel augmente la tension artérielle et renforce le risque de maladie cardiovasculaire.

Les effets délétères du sel sur la santé ne s’arrêteraient pas là : une nouvelle étude publiée dans la revue Science Translational Medicine souligne l’impact négatif du sel sur l’immunité. "Nous avons pu prouver pour la première fois qu'une consommation excessive de sel affaiblit également de manière significative une branche importante du système immunitaire", explique Christian Kurts, auteur de l’étude.

Pour le découvrir, les chercheurs ont soumis des souris atteintes de Listeria à un régime riche en sel. Ils ont constaté que le nombre d’agents pathogènes dans le foie et la rate de ces rongeurs étaient 100 à 1.000 fois supérieurs que chez des souris qui ne suivaient pas ce régime.

Les chercheurs ont ensuite suivi des volontaires qui avaient accepté de consommer 6 g de sel de plus par jour que leur apport habituel, autrement dit l’équivalent de deux repas au fast food. Après seulement une semaine de régime riche en sel, des échantillons de sang leur ont été prélevés. Les chercheurs ont constaté que la présence de sel favorisait l’accumulation d’une hormone appelée glucocorticoïde, et que celle-ci était à l’origine d’une altération de cellules immunitaires qui s'attaquent aux bactéries, appelées granulocytes.

Des résultats surprenants, puisque de précédentes avaient démontré qu’un régime riche en sel avait des effets bénéfiques sur le système immunitaire, puisqu’il permettait de lutter contre les infections de la peau. "Nos résultats montrent que cette généralisation n'est pas exacte", explique le Dr Katarzyna Jobin, auteur principal de la présente étude.

Si le sel a un effet positif sur la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite