Inès, passagère rescapée de la voiture visée par des policiers, témoigne

"Elle n'avait que 21 ans. Elle avait une famille. Elle était belle. C'était quelqu'un qui souriait tout le temps. C'est une victime dans l'histoire. Elle ne méritait pas tout ça."

Inès, 21 ans, était l'amie de Rayana, morte le samedi 4 juin au matin à Paris d'au moins une balle dans la tête tirée lors d'un contrôle de police. Elle était passagère de la voiture visée par les policiers, installée sur le siège arrière, lorsque le drame est survenu. Rayana, elle, était à l'avant. Les deux copines venaient de faire la fête dans le quartier de Pigalle dans le 18e arrondissement. Et elles ne connaissaient pas le conducteur de 38 ans qui a refusé d'obtempérer lors du contrôle policier. "On était avec des amis qui sont rentrés un petit peu avant nous, donc on est restées avec leurs amis. On n'avait plus assez d'espèces pour rentrer. Ils ont proposé de nous raccompagner."

Interrogée en exclusivité par France Info, Inès livre les détails de cette nuit festive qui a tourné au cauchemar. "Au niveau de Clignancourt, trois policiers à vélo ont toqué à la vitre du conducteur parce qu'il ne portait pas sa ceinture de sécurité. Il n'a pas voulu baisser sa vitre. Il a accéléré et s'est arrêté 30, 40 mètres plus loin à cause de la circulation." Le conducteur n'avait pas le permis, il aurait "paniqué" selon Inès. "Je vois deux policiers se mettre au niveau des vitres, devant. Tout est allé très vite. Je n'ai même pas entendu "Sortez de la voiture" ou "Mains en l'air". Ils ont...

Lire la suite


À lire aussi

"Certains de mes amis ont pris les armes" : la réalisatrice ukrainienne Anastasia Mikova témoigne
Des policiers parodient un clip en dansant dans leur voiture de patrouille – vidéo
Shannen Doherty témoigne en photos de son combat contre le cancer du sein

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles