Inégalités salariales : les Françaises travaillent gratuitement depuis ce mercredi 3 novembre

·1 min de lecture

Depuis plusieurs années, l’économiste Rebecca Amsellem calcule le jour où les Françaises commencent à travailler gratuitement. Elle nous explique sa démarche et détaille les mesures qui pourraient réduire l’écart salarial. 

À partir de ce mercredi 3 novembre, à 9h22, les Françaises ont commencé à travailler gratuitement et ce jusqu'à la fin de l’année, en raison des inégalités salariales. C’est la newsletter féministe « Les Glorieuses », créée par Rebecca Amsellem, qui calcule chaque année cette date symbolique et permet de mettre en lumière l’écart de rémunération. 

Lire aussi >> 10 conseils pour être respectée par votre boss et vos collègues

ELLE. Comment réalisez-vous ce calcul ? 

Rebecca Amsellem. Le calcul est réalisé en prenant la statistique d’Eurostat. Cette année l'écart est de 16,5%. Ce sont des données de 2019, parce qu’ils publient l'actualité de ce chiffre tous les ans au mois de mars, avec un décalage de deux ans à chaque fois. Je prends cet écart de rémunération, que je rapporte au nombre de jours ouvrés, qui varie chaque année. Ça me donne un nombre de jours ouvrés « chômé », et c’est comme ça que j’arrive à cette date.   

ELLE. Les chiffres datent donc 2019 et le covid ne va pas améliorer la situation...  

R. A. Le covid a en effet un impact sur les inégalités salariales. Par rapport au plan de relance économique, on voit que ce sont davantage les hommes qui sont favorisés. Certains secteurs comme l'aéronautique ou le numérique jouissent de nombreuses aides. Or, ce sont des secteurs à dominance masculine. Les secteurs où les femmes sont majoritaires, comme le corps enseignant ou les aides-soignantes, sont les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles