Inde: manifestation des fermiers et grève générale contre la libéralisation de l'économie

·2 min de lecture

En Inde, voilà plusieurs jours que des fermiers marchent vers New Delhi pour protester contre de nouvelles lois agricoles. Ce mouvement fait suite à une grève générale dans le pays, jeudi 26 novembre.

Avec notre correspondant en Inde, Côme Bastin

La colère monte depuis deux mois et la capitale est aujourd’hui cernée. Par centaines de milliers, des fermiers des États voisins du Punjab, de l’Haryana ou de l’Uttar Pradesh convergent vers New Delhi pour protester contre les nouvelles lois agricoles.

Ces agriculteurs sont inquiets de la libéralisation du secteur, qui pourrait faire baisser leurs prix de vente, pour l’instant encadrés par les pouvoirs publics. Le gouvernement persiste à dire que ces lois vont aider les paysans.

Ce vendredi 27 novembre, la police de Delhi a bloqué les entrées de l’État et utilisé des canons à eau contre les manifestants.

Mais les fermiers semblent déterminés à continuer la lutte. Buta Singh Chakar est venu du Punjab. Membre d’un syndicat agricole, il est bloqué avec d’autres aux portes de Delhi. « Les réformes que veut faire passer le gouvernement de Narendra Modi vont nous mettre entre les mains des grandes entreprises, affirme le fermier. Cela va affecter tous les agriculteurs. Nous respectons notre terre comme notre mère natale et nous allons nous battre pour nos droits ! »

La confusion règne car le gouvernement de la capitale, dirigée par le parti d’opposition AAP, veut au contraire autoriser les manifestations. Il a même préparé un terrain pour accueillir les fermiers et les nourrir.

Ce jeudi 26 novembre, l’Inde a également fait face à une grève nationale à l’appel de 11 syndicats. Des millions d'Indiens l'ont observée pour protester contre la libéralisation des lois du travail, mais aussi soutenir le combat des paysans.