En Inde, un policier accusé du viol d'une ado venue porter plainte pour viol collectif

C'est une nouvelle affaire glaçante qui est survenue en Inde. D'après les déclarations de responsables de la police tenues ce 4 mai, un commissaire de police a été arrêté pour le viol présumé d'une adolescente de 13 ans. Celle-ci, membre de la caste des Intouchables, constamment violentée et stigmatisée dans le pays, était venue porter plainte pour le viol collectif qu'elle aurait subi.

Selon son père, cité par la presse locale, la jeune fille avait été violée par quatre hommes pendant plusieurs jours. Elle avait finalement décidé de contacter les autorités, explique l'ONG dédiée à la protection de l'enfance Childline. Elle ne se doutait certainement pas qu'un autre bourreau se trouverait au milieu des autorités censées la prendre en charge.

D'après les forces de l'ordre de l'Etat d'Uttar Pradesh, 29 fonctionnaires présents au moment des faits ont été suspendus de leurs fonctions, et quatre personnes, dont la tante de la victime présumée, ont été arrêtées.

L'heure est à l'indignation

Sur les réseaux sociaux, les défenseur·euses des droits des femmes et des membres de la classe politique indienne s'insurgent. "Si les commissariats de police ne sont pas sûrs pour les femmes, alors où iront-elles se plaindre ?", dénonce par exemple Priyanka Gandhi Vadra, éminente membre du Congrès, parti d'opposition. Et d'ajouter : "Le gouvernement de l'UP a-t-il sérieusement pensé à augmenter le déploiement de femmes dans les commissariats, afin de les...

Lire la suite


À lire aussi

Quand les victimes de viol osent porter plainte, voilà comment elles sont reçues
Trois ans après sa plainte pour viol contre Luc Besson, Sand Van Roy s'exprime
En Israël, le viol d'une ado par une trentaine d'hommes suscite l'effroi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles