Infarctus : le vaccin contre la grippe pour limiter la récidive ?

Chaque année, on compte environ 80 000 infarctus du myocarde par an en France, dont 12 000 conduisent à un décès. La crise cardiaque se produit lorsque la circulation sanguine vers le cœur est bloquée, ce qui endommage une partie de ce muscle essentiel. Le rétablissement du patient dépend de l'ampleur des dommages subis et de la rapidité avec laquelle il a été pris en charge. Après un infarctus, il doit progressivement réhabituer son organisme à pratiquer des activités physiques, revoir son alimentation pour protéger son cœur et adapter son hygiène de vie pour limiter les facteurs de risque (surveiller sa tension artérielle et son taux de cholestérol, arrêter le tabac, etc.). C’est le principe de ce qu’on appelle la réadaptation cardio-vasculaire.

Deux nouvelles études montrent que l'administration du sérum antigrippe aux survivants d'une crise cardiaque dans les 72 heures suivant leur attaque réduit de moitié le risque de récidive. La première, menée par des scientifiques de l'université d'Orebro (Suède), a suivi 3 000 patients victimes d'une crise cardiaque dans huit pays. La moitié d'entre eux ont reçu un vaccin contre la grippe dans les trois jours suivant leur admission à l'hôpital, les autres un placebo. Les scientifiques rapportent que les patients vaccinés avaient un risque diminué de 40 % de décéder d’un nouvel incident cardiaque dans les douze mois suivants par rapport au groupe contrôle. La deuxième étude, dirigée par une équipe péruvienne sur plus de 4 000 patients, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles