Infertilité : enquête dans un « egg center » proposant des traitements alternatifs pour procréer

Sophrologie, yoga fertility, massages, psychothérapie… Face au trop faible suivi proposé à l'hôpital, de plus en plus de couples confrontés à l'infertilité explorent des traitements alternatifs. Reportage dans un « egg-center », au cœur de l'espoir.

L'immeuble est cossu, son emplacement idéal. En plein cœur de Nice, donnant sur l'artère la plus cotée de la ville, un espace d'un genre nouveau a ouvert ses portes il y a quelques mois. Sur la plaque, posée entre celle d'un endocrinologue et celle d'un avocat, on peut lire : « Egg-Centre, centre de bien-être et de médecines douces pour accompagner votre fertilité ». Au deuxième étage, on entre dans un appartement lumineux, redécoré à la mode d'Instagram : miroirs en rotin, plantes vertes, papiers peints, cadres avec des posters aux messages bienveillants… Tous les codes d'un institut de beauté. Pourtant, les femmes qui se succèdent au cours de la journée ne viennent pas s'offrir ici un gommage. Toutes sont là parce qu'elles souffrent d'infertilité, ont entamé un parcours de procréation médicalement assistée (PMA) et sont, pour la plupart, rongées par l'anxiété. Comme Jessica, 37 ans. Après deux ponctions d'ovocytes infructueuses et zéro embryon obtenu, le gynécologue qui la suit l'a orientée vers Egg-Centre, « parce qu'il a vu que j'étais hyper stressée et que je commençais à déprimer », confie-t-elle, fébrile. Elle a rendez-vous pour une séance d'ostéopathie axée sur la fertilité. La thérapeute manipule son bassin, lui demande de visualiser son utérus afin d'y booster l'afflux sanguin, la rassure tant que possible. « À l'hôpital, on est comme un numéro, confie Jessica. On a peu d'explications entre chaque examen, on se...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles