Infertilité secondaire : pourquoi certains parents peinent à avoir d'autres enfants ?

Docteur en psychologie, Pauline Minjollet a co-écrit un livre avec le docteur Adrien Gaudineau et la journaliste Véronique Deiller : Je veux un enfant, le guide essentiel de la fertilité (éd. Albin Michel). Ils y abordent notamment la question de l’infertilité secondaire et ses causes.

Pauline Minjollet nous explique d'où peut provenir l'infertilité secondaire : " Il existe deux types de blocages possibles. Le premier concerne le plan physique : l'infertilité secondaire peut être due à un problème médical. Par exemple, l’endomètre qui s’épaissit après la première grossesse. Le deuxième type de blocage est le plus courant, il s’agit d’infertilité idiopathique, car elle ne s’explique pas et il n’y a pas de causes médicales avérées. Les raisons idiopathiques sont donc souvent d’ordre psychologique."

Infertilité secondaire : les différentes causes possibles

D'après notre psychologue, l'infertilité secondaire touche de fait d'avantage les femmes que les hommes. Cependant, les hommes sont confrontés, comme les femmes, au vieillissement et peuvent être victimes d'une infertilité secondaire. Dans le livre, trois raisons sont évoquées pour comprendre l’infertilité secondaire. Une grossesse ou un accouchement compliqués sont potentiellement des obstacles pour avoir un autre enfant. " Une grossesse est difficile si la mère a été alitée pendant des mois ou qu’elle a été constamment prise de nausées. De plus, toutes les femmes n'apprécient pas forcément d'être enceinte. La dépression post-natale est aussi un facteur, car il y a la crainte de retomber en dépression. "

Pour la psychologue, l’important est de bien préciser aux parents que chaque grossesse est différente. Si la précédente s’est mal passée, ce ne sera pas forcément le cas pour la suivante. " Pendant la première grossesse, on est focalisé sur soi. Le moindre mouvement ou symptôme est quelque chose de nouveau. Attendre son premier enfant est vraiment surprenant. Pour une deuxième grossesse, on sait ce qui nous attend, on

(...) Cliquez ici pour voir la suite