Je suis infirmière en psychiatrie et scandalisée de voir mes patients et mon service sacrifiés - BLOG

Juliette G.
Une peur me tenaille: comment vont survivre nos patients à cette épreuve? Ceux qui sont seuls et démunis? Ceux qui souffrent d’une pathologie du lien, ceux pour qui il a fallu des semaines voire des années à tisser leur unique lien social?

BLOG - Aujourd’hui je suis en colère. J’écris avant d’être résignée, parce que je sais trop bien comment on tolère l’intolérable.

Je suis en colère puisqu’on m’empêche d’exercer mon métier, un métier que j’aime et dont l’utilité sociale est loin d’être remise en cause aujourd’hui. Je suis infirmière depuis 13 ans et j’ai appris beaucoup, la résignation, la colère étouffée. Mais là aujourd’hui c’en est trop!

Je suis en colère puisqu’on délaisse les patients qui souffrent de troubles psychiatriques, des patients qui ont besoin de soins psychiques.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Je suis infirmière dans un hôpital de jour en psychiatrie au sein d’une équipe de soignants tous engagés autour de valeurs communes— valeurs que j’associais (peut-être naïvement) à celles du service public: l’égalité dans les soins, tant par leur qualité que par leur continuité. Quotidiennement nous accompagnons et soutenons des personnes qui souffrent de troubles psychiques, qui sont malheureusement bien souvent en marge de notre société.

L’hôpital de jour a fermé ses portes au public le 17 mars 2020, comme tous les lieux publics français. C’est normal, c’est le Covid. On s’organise, on se mobilise. C’est normal, c’est le plan blanc. L’organisation est désastreuse. C’est normal, cette situation est inédite pour tout le monde. J’accepte le doute, l’incertitude.

Et nos patients?

Une peur cependant me tenaille: comment vont survivre nos patients à cette épreuve? Ceux qui sont seuls et démunis? Ceux qui souffrent d’une pathologie du lien, ceux pour qui il a fallu des semaines voire des années à tisser leur unique lien social?

Je souffre de voir mon équipe se déliter, cette équipe qui faisait notre force, notre fierté. Ballotée aux 4 coins de l’hôpital, une grande partie...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post