Une influenceuse vante un produit pour blanchir la peau de son bébé, et dit tout du racisme de nos sociétés

pexels

C’est un vrai scandale qui a explosé en Côte d’Ivoire (mais pas seulement). Mi-octobre, une influenceuse ivoirienne a posté une vidéo sur son compte TikTok dans laquelle elle promouvait une gamme de produits blanchissants pour les peaux noires. Si elle a vanté les mérites de ces laits pour le corps pour les adultes, elle a également présenté à ses abonnés une crème éclaircissante destinée aux bébés. Et cela, en prenant en exemple… sa propre fille, âgée de quelques mois seulement, qu’elle tient dans ses bras face caméra. La créatrice de contenus, accusée de maltraitance, a depuis retiré son TikTok. Cela ne l’a pas empêchée de provoquer un véritable tollé.

Interdits en Côte d’Ivoire depuis 2015, les cosmétiques blanchissants continuent de se vendre illégalement et sont encore très fréquemment utilisés par la population, et notamment les femmes (dont la moitié des habitantes d’Abidjan selon France Info). Et il ne s’agit pas d’un cas isolé : de nombreux pays d’Afrique et d’Europe rencontrent le même problème, a souligné le magazine Ancré.

Ces laits et crèmes sont néanmoins connus pour leurs effets désastreux sur la santé, surtout lorsqu’ils sont appliqués sur des enfants. Composés d’hydroquinone, de mercure, d’acides ou même de corticoïdes, ils peuvent provoquer du diabète, de l’hypertension artérielle, des retards de croissance, de l’acné, des insuffisances rénales, des troubles du cycle menstruel ainsi que des cancers de la peau, a listé auprès de RFI le dermatologue Blaise Goli. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La mort sans tabou : des pompes funèbres où il fait bon mourir
Une enquête dénonce les violences sexistes et sexuelles dans les sous-marins britanniques
Halloween : ces 10 films d’horreurs sont les plus effrayants de tous les temps selon la science
Love coach, influenceurs... Comment la misogynie et la culture du viol se propagent grâce aux réseaux sociaux
Plus d’un tiers des Français ont déjà subi du harcèlement sur leur lieu de travail, selon une enquête