Injections : comment s'y retrouver ?

Largement utilisés pour retrouver une seconde jeunesse, la toxine botulique (Botox) et l’acide hyaluronique n’agissent pas de la même manière et sont complémentaires. Les zones traitées sont également différentes : le Botox pour le haut du visage et l’acide pour le bas.

Le Botox relaxe

Cette toxine paralyse les muscles responsables des rides d’expression et lisse la peau. Chaque injection permet de détendre ces muscles et, ainsi, d’en effacer les creux. Il est donc possible d’atténuer la ride du lion (froncement des sourcils), les rides de la bordure externe des yeux (pattes d’oie) et les rides transversales du front.

L’acide hyaluronique comble

Présent naturellement, il participe à l’hydratation et à la régénération de la peau. Mais avec le temps, sa quantité diminue et le visage se creuse. Les injections comblent donc ce manque de volume. Produit de remplissage, il estompe les ridules verticales au-dessus des lèvres et les sillons nasogéniens, et redonne aussi du bombé aux pommettes.

À qui s’adresser ?

Cet acte n’est pas anodin et peut présenter un risque (infection, nécrose) s’il n’est pas réalisé correctement et bouche un vaisseau sanguin. Seuls des médecins esthétiques, chirurgiens plasticiens et dermatologues peuvent pratiquer légalement et en toute sécurité cette opération sur l’ensemble du corps.

Pour celles destinées uniquement au visage, neurologues, ophtalmologistes et chirurgiens de la face (ORL et maxillo-faciaux) sont également autorisés. Les chirurgiens- dentistes bénéficient d’une autorisation limitée pour le traitement du bruxisme (muscle masséter) et de la région péri-buccale (ride labiale). Ces injections ne doivent en aucun cas être réalisées par des esthéticiennes. C’est illégal !

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi