Publicité

Interdiction de l’abaya à l’école : « Nous ne laisserons rien passer » prévient Emmanuel Macron

Le ministre de l’Éducation Gabriel Attal et le président Emmanuel Macron en visite au lycée professionnel de l’Argensol à Orange, dans le sud-est de la France, le 1er septembre 2023.
Le ministre de l’Éducation Gabriel Attal et le président Emmanuel Macron en visite au lycée professionnel de l’Argensol à Orange, dans le sud-est de la France, le 1er septembre 2023.

POLITIQUE - Le gouvernement « ne laissera rien passer » sur l’abaya et le qamis, désormais interdites dans les établissements scolaires au nom de la laïcité, a affirmé ce vendredi 1er septembre Emmanuel Macron. « On sait qu’il y aura des cas (...) par négligence peut-être, mais beaucoup pour essayer de défier le système républicain. Nous devons être intraitables », a déclaré le chef de l’État lors d’un déplacement dans un lycée professionnel à Orange dans le Vaucluse.

Jeudi soir, le ministre de l’Éducation Gabriel Attal a envoyé une note de service aux chefs d’établissements spécifiant que le port de l’abaya et du qamis, tenues musulmanes, « manifeste ostensiblement en milieu scolaire une appartenance religieuse (et) ne peut y être toléré ».

Une mise au point justifiée par Emmanuel Macron car « les enseignants, les chefs d’établissement ne doivent jamais être laissés seuls face aux pressions qu’ils subissent, ou aux défis qui existent sur ce sujet ». Ces « hussards de la République » ont « raison de défendre la laïcité » et « nous devons les soutenir quand ils sont menacés, bousculés », a-t-il insisté, assurant que « l’État, la République est derrière eux ».

Pour preuve, il a promis que « dans les lycées ou les collèges qui sont les plus sensibles, des personnels spécifiques seront détachés aux côtés des chefs d’établissement et des enseignants pour les soutenir et pour engager aussi un dialogue nécessaire avec les familles et les élèves ».

À voir également sur Le HuffPost :

L’abaya qui cache la forêt

Rentrée scolaire : l’allemand est délaissé par les professeurs et les élèves, et ça ne risque pas de s’arranger