Interdiction de l'abaya: pour Olivier Véran ce vêtement est une "attaque politique"

Interdiction de l'abaya: pour Olivier Véran ce vêtement est une "attaque politique"

Un message de fermeté. "Nous avons toujours été très clair, l'école c'est le temple de la laïcité", martèle Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, ce lundi sur BFMTV-RMC pour défendre la décision de Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationale, d'interdire le port de l'abaya à l'école.

"On ne vient pas à l'école pour faire du prosélytisme religieux, on vient à l'école pour apprendre", explique l'ex-ministre de la Santé, avant d'insister: "Quand on en est en classe on n'a pas à être exposé à des signes ostentatoires".

"Politique et prosélytisme"

Pour lui, l'abaya est une tenue religieuse, même s'il n'est pas reconnue comme telle par le Conseil français du culte musulman (CFCM). "Évidemment que ça l'est", soutient l'Isérois, jugeant même qu'il s'agit d'une "attaque politique".

"Quand vous faites des appels sur les réseaux sociaux pour venir dans les établissements avec des vêtements ostentatoires vous faites de la politique, du prosélytisme", déclare-t-il.

Les insoumis ont vivement critiqué cette décision. À leurs yeux, elle reviendrait à créer une "police du vêtement". Mathilde Panot, cheffe de file des députés LFI, a comparé Gabriel Attal au président de LR, Éric Ciotti, tout en estimant que le nouveau ministre a une "obsession" avec les musulmans.

Article original publié sur BFMTV.com