Interrogée sur son poids, Vaimalama Chaves répond avec beaucoup d'humour

Le 14 décembre prochain, Vaimalama Chaves rendra sa couronne de Miss France. En direct sur TF1, les Français découvriront leur nouvelle reine de beauté. En attendant le grand soir, la belle brune continue de profiter de son écharpe. Celle qui a cassé les codes de l’élection s’est démarquée par son franc-parler, mais aussi par ses jolies formes. Harcelée à l’école à cause de son poids, la jeune femme met un point d’honneur à se sentir bien dans son corps et à s’assumer malgré les nombreuses remarques qu’elle peut recevoir.

Proche de ses fans, Vaimalama Chaves n’hésite pas à répondre à leurs nombreuses interrogations via les réseaux. Et encore une fois, l’un de ses abonnés s’est attardé sur son poids. A la question : “Tu as pris combien de kilos en étant Miss France”, l’Haïtienne préfère en rire. En story sur Instagram, elle partage un photomontage d’elle. On découvre son visage collé sur un corps filiforme. “Aucun, je ne vois pas de quoi tu parles !”, s’amuse-t-elle. Toutefois, quand un fan lui demande si elle a hâte de pouvoir manger comme elle le veut, elle répond : “Je mange déjà ce que je veux, mais avec modération et beaucoup de sport”. Pour ce qui est de sa forme, elle remercie le comité Miss France de lui avoir offert les services d’un coach sportif. “C’était Miss France qui payait ! Merci Miss France !”

“J’aime manger, j’aime rigoler et parler fort”

En mai dernier, la jeune femme confiait aux caméras de l’émission 50 min Inside (TF1) avoir pris du poids “et ça me va”. “Oui, je mange et je mange beaucoup parce que ce n’est pas dans ma culture tous ces mets gastronomiques que l’on me présente alors j’en profite pour découvrir”, confiait-elle. A tous ces détracteurs, elle lançait alors : “Et même si ce n’est pas l’image que vous voulez avoir d’une Miss France, c’est quand même moi qui suis là”. “J’aime manger, j’aime rigoler et parler fort et je vais continuer à être comme ça, que vous le vouliez ou non !”

A lire aussi : Miss France : le regret de Vaimalama Chaves

(...) Cliquez ici pour voir la suite