Intersexué : qu'est-ce que ça signifie, exactement ?

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, tous les bébés ne naissent pas "fille" ou "garçon" : chez certains enfants, les caractéristiques biologiques ne permettent pas un "classement" dans l'une de ces deux catégories – on parle alors d'intersexuation ou d'intersexualité.

Selon les spécialistes, dans le monde, les individus intersexes représenteraient 1,7 % des naissances. Ainsi, en France, en 2019, 12 800 personnes intersexes ont vu le jour. L'intersexualité n'est donc pas rare !

Très concrètement, les personnes intersexes présentent des caractéristiques biologiques qui ne correspondent pas aux définitions "classiques" des corps féminins ou masculins. En d'autres termes, biologiquement parlant, il n'est pas possible d'affirmer à 100 % qu'une personne intersexe est un homme ou une femme.

L'intersexualité est souvent détectée dès la naissance. Ainsi, certains médecins utilisent l'échelle de Prader pour déterminer le sexe anatomique des nouveau-nés : cet outil permet de définir si les organes génitaux sont "mâles ou femelles" en les classant de 0 à 5, 0 correspondant à des organes génitaux externes clairement féminins et 5 à des organes génitaux externes clairement masculins. Pour les personnes intersexes, ce chiffre peut être compris entre 1 et 4.

Petit point vocabulaire. Il ne faut pas confondre "intersexe" et "hermaphrodite" : en effet, chez une personne intersexe, les organes génitaux sont rarement fonctionnels (ce qui conduit souvent à l'infertilité), tandis que chez une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles