Interview choc de Lady Di : Martin Bashir et la BBC s’excusent publiquement

·1 min de lecture

Un rapport indépendant mené par le juge John Dyson accuse le journaliste Martin Bashir d’avoir utilisé des méthodes « trompeuses » pour obtenir l’interview explosive de Diana Spencer, en 1995. Ce dernier s’est excusé publiquement, tout comme la BBC.

Plus de 25 ans après une interview de Lady Di explosive pour la monarchie britannique, un rapport indépendant a dénoncé jeudi les méthodes « trompeuses » employées par le journaliste Martin Bashir pour l'obtenir, conduisant la BBC à s'excuser. Diffusé dans l'émission Panorama en 1995 devant 23 millions de personnes, l'entretien avait propulsé la carrière de Martin Bashir, aujourd'hui âgé de 58 ans, et avait fait l'effet d'une bombe.

La princesse, décédée en 1997 dans un accident de voiture à Paris, poursuivie par des paparazzis, avait notamment affirmé qu'il y avait « trois personnes » dans son mariage - en référence à la relation que Charles entretenait avec Camilla Parker Bowles - et reconnaissait entretenir elle-même une liaison. Elle avait aussi confié souffrir de boulimie. Mais l'intervieweur a été accusé d'avoir falsifié des documents pour obtenir ces révélations. Dans son rapport, l'ancien juge de la Cour suprême John Dyson confirme cette version et étrille la BBC pour sa gestion d'une affaire qu'elle traîne comme un boulet depuis des années. « Par son comportement trompeur, M. Bashir a réussi à organiser la réunion qui a conduit à l'entretien », indique le rapport. 

Lire aussi : Scandale royal : l’interview choc de Lady Di sur la BBC, véritable séisme à Buckingham

La BBC présente ses excuses

Dans un communiqué, le directeur général de la BBC, Tim Davie, a dit « accepter les conclusions » de cette enquête et a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles