• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

INTERVIEW - Christophe Beaugrand : "Notre enfant est tout le contraire d'un bébé acheté sur Internet"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Parents à tout prix. Pour de nombreux couples d'hommes homosexuels, le désir de paternité se heurte à la loi qui interdit, en France, la Gestation pour autrui. Si les couples de femmes peuvent désormais recourir à la PMA pour avoir un enfant, les hommes ne peuvent légalement recourir à une mère porteuse. Pour contourner cette interdiction, des centaines de couples se rendent à l'étranger, dans les pays qui autorisent la GPA, pour mener à bien leur projet. Parmi eux, l'animateur Christophe Beaugrand qui s'est rendu aux Etats-Unis, avec son mari, Ghislain Gerin. Dans Fils à papa(s), livre à paraître le 7 octobre*, il raconte son expérience, de la conception de leur enfant au retour en France, les démarches complexes pour faire reconnaître leur droit de filiation.

Femme Actuelle : Comment est venue l’idée de ce livre ?

Christophe Beaugrand : J’avais commencé à écrire de petites choses pour notre fils Valentin. C’est une histoire tellement compliquée qu’il me fallait en consigner les détails pour la mémoire familiale. Mais, je n’avais pas de livre en tête. Grégory Berthier-Saudrais, directeur éditorial des éditions Plon, m’a convaincu que mon témoignage pouvait faire évoluer les mentalités.

Vous expliquez avoir ressenti très jeune l’envie de devenir père...

C.B. : Oui, dès l’âge de 10 ans ! Je pense que c'est lié à la découverte de mon homosexualité et à la peur que cela pouvait susciter. Je me disais que si jamais je m'assumais tel que j'avais le sentiment d'être, je devrais faire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles