• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

INTERVIEW - Denis Brogniart : "J'ai un immense respect pour les gens qui défient la mort"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On a toujours tort de résumer les gens, que ce soit en bien ou en mal. Denis Brogniart, l'animateur de Koh-Lanta ne fait pas exception à cette règle : il y a un homme derrière le "Ah", et jusqu'à Z. Par son podcast Vie d'Aventure, par son livre Un soldat presque exemplaire (éd. Flammarion) paru au printemps 2021, il développe petit à petit un talent de conteur moderne. Mais, dans l'immédiat, on le retrouve une fois encore sur TF1 avec Koh-Lanta, la Légende. Une saison qui réunit d'anciens candidats, dans le décor idyllique de la Polynésie française…

Femme Actuelle : Koh-Lanta revient avec une saison All-stars. Avec 13 gagnantes et nombre de concurrentes émérites, l'émission est-elle une bonne illustration de l'égalité des sexes ?Denis Brogniart : Oui. Nous avons toujours eu très à cœur que les épreuves permettent un équilibre. Sur 20 ans, les hommes n'ont qu'un très léger avantage en nombre de victoires. En nombre de candidatures, je ne sais pas s'il y a égalité. En tout cas, on n'a jamais eu un manque de candidatures féminines.

La nouvelle saison fait référence au concept du "Mana" polynésien. Comment le définiriez-vous ?D.B: Un esprit positif, une capacité à être dans le bon état d'esprit.

Femme Actuelle: Est-il vrai que vous testez toutes les épreuves ?D.B: Pas toutes. Mais j'essaie de me mettre un peu à la place des candidats, même si je ne peux pas le faire dans les mêmes conditions, puisque je n'ai pas la peur de la défaite, ni les privations. Honnêtement, je déteste (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles