INTERVIEW - Disparition de Delphine Jubillar : "La famille se déchire", confie Maître Philippe Pressecq, l'avocat des proches

·1 min de lecture

Le mystère reste entier, trois mois après la nuit de sa disparition. Delphine Jubillar, une mère de famille albigeoise de 33 ans, n'a plus donné signe de vie depuis le 15 décembre 2020. Son mari Cédric (dont elle était en instance de divorce) s'est rendu compte de son absence pendant la nuit et s'est empressé de contacter les services de police. Les enquêteurs ont par la suite sondé les lacs et rivières aux alentours et fouillé la maison de la famille de fond en comble pour y trouver des indices. En vain. L'infirmière n'est toujours pas réapparue, toutes les pistes sont encore envisagées et ses proches sont toujours en attente de réponses. Maître Philippe Pressecq représente deux cousines et quatre amis intimes de la jeune femme, qui se sont constitués parties civiles. L'avocat a accepté de répondre aux questions de Femme Actuelle.

Femme Actuelle : pouvez-vous faire un point sur l'enquête ?Maître Philippe Pressecq : Le secret de l'instruction a été respecté, et ce que je sais, je le connais par vos confrères. La caractéristique de ce dossier c'est que toutes les pistes paraissent impossibles : la disparition volontaire ne parait pas crédible car elle avait un métier qu'elle adorait, des amis... ses enfants bien sûr. De plus, elle est partie sans rien prendre avec elle. On a également envisagé l'amant, qui est hors de cause, et le mari, Cédric Jubillar...

C'est une piste probable selon vous ?Me P.P. : Je suis convaincu qu'il ne l'a pas tuée. S'il l'avait tuée, il y a longtemps (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite