• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

INTERVIEW - Mélanie Laurent: "Le confinement m'a permis de passer plus de temps avec mes enfants"

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le 17 septembre débarque sur Amazon Prime vidéo son adaptation du Bal des folles de Victoria Mas (la fille de Jeanne Mas). Un film d'époque, fort et beau, traversé par des thèmes qui restent d'actualité, ici et ailleurs: les abus de pouvoir du patriarcat, la définition de la folie, etc. Mélanie Laurent en parle avec toute la passion qui la caractérise.

Femme actuelle: Qu'est-ce qui vous a le plus accroché dans le roman de Vitoria Mas que vous avez adapté à l'écran ?

Mélanie Laurent: Les personnages autant que les thématiques, c'est toujours un mélange des deux. J'avais très envie de faire un film d'époque. Et d'évoquer la condition des femmes dans un passé pas si lointain. Il ne faut pas oublier d'où l'on vient.

Victoria Mas a -t-elle vu et validé le film?

M.L.: Elle l'a vu, et a été touchée. Une adaptation, c'est toujours une proposition qui vient par dessus le livre. L'auteur n'y retrouvera pas forcément les images qu'il avait en tête en écrivant, mais il faut que ma proposition le touche quand même. À chaque adaptation, le rapport avec l'auteur est un peu différent. Dans le cas de Respire, mon précédent film, j'avais lu à 16 ans le roman de Anne-Sophie Brasme, et je rêvais déjà à l'époque de l'adapter. Heureusement que je n'ai pas pu le faire aussi jeune ! Quand j'ai finalement pu monter le film, je n'ai pas relu le livre, je me suis seulement basée sur mes souvenirs de lecture. L'auteur m'a laissée libre, ce qui est une grande chance.

La dimension fantastique du Bal des folles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles