INTERVIEW : Maternité et sexualité à 50 ans, carrière, relations avec Michel Cymes… Adriana Karembeu nous dit tout

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Mardi 12 juillet 2022, Adriana Karembeu est de retour à la télévision pour la dixième édition des Pouvoirs extraordinaires du corps humain avec Michel Cymes. Toujours aussi active qu’à ses débuts sur les podiums, la mannequin doit désormais jongler entre sa vie professionnelle et son nouveau rôle de maman. À la veille de la diffusion du programme sur France 2, elle a accepté de se confier à cœur ouvert auprès de Femme Actuelle sur sa vie très mouvementée, ses projets, et surtout sur les drames qui ont bouleversé sa vie et dont elle est ressortie plus forte.

Femme Actuelle : Vous revenez à la télévision pour une dixième saison des Pouvoirs extraordinaires du corps humain au côté de Michel Cymes. Vous qui êtes fille de médecin, est-ce que ce projet vous tient à cœur ?Adriana Karembeu : Oui, ma mère était médecin. Je me sens dans mon élément. C’est un domaine qui m’intéresse énormément puisque je voulais être médecin. J’ai fait trois ans de médecine, je comprends ce milieu. Je peux tout à fait communiquer avec des spécialistes et avec Michel. Je me pose aussi les mêmes questions que celles que les téléspectateurs pourraient se poser. L’émission est parfaite pour moi. Si elle avait été dans un autre domaine, j’aurais probablement été mal à l’aise.

Quelle est votre relation avec Michel Cymes ? A. K. : Je l’adore. C’est mon grand frère. On se connaît depuis 10 ans grâce à l’émission. On échange sur des sujets différents et on est devenus amis. On mange ensemble en tournage, on se voit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles