Intoxication au monoxyde de carbone : les bons gestes pour éviter les risques

Novembre. Le froid s’installe et avec lui, les chauffages se rallument et les fenêtres se ferment. Sauf que dans le même temps, les risques d’intoxication au monoxyde de carbone, eux, augmentent. Chaque année, ils sont d’ailleurs responsables d’une centaine de décès en France. Et pour cause, le monoxyde de carbone est un gaz invisible, inodore et non irritant. Il est donc très difficile de le détecter et par conséquent de s’en protéger. 6 bons gestes à réaliser pour éviter les risques.

Vérifier ses équipements

Avant chaque hiver, il est fortement conseillé de faire vérifier par un professionnel ses installations de chauffages, de production d’eau chaude et ses conduits de fumée.

Aérer quotidiennement

Autre règle à adopter : aérer son logement tous les jours pendant au moins une dizaine de minutes. Et ce, même s’il fait froid ! En plus de vous protéger des intoxications au monoxyde de carbone, aérer l’intérieur de sa maison permet d’apporter de l’oxygène et de prévenir de la prolifération des virus et des bactéries.

Respecter les consignes d’utilisation des appareils

Par exemple, ne pas surutiliser les chauffages d’appoint. Et pour cause, dans chauffage d’appoint, il y a "appoint". Hors de question donc de les utiliser en continu sous peine de voir le matériel se détériorer et potentiellement devenir dangereux. Idem, ne pas utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière ou encore barbecue. Enfin, placer systématiquement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments.

Ne pas obstruer les conduits d’aération

Autre erreur à ne pas commettre : obstruer les conduits d’aération. Ceux-ci doivent impérativement avoir un accès libre et laisser l’air s’échapper. Aucun meuble ni autre objet ne doit les bloquer.

S’équiper d’un détecteur

Depuis le 8 mars 2015, les foyers français doivent s'équiper d'au moins un détecteur de fumée. Pourquoi ne pas en choisir un qui repère également l’émanation de monoxyde de carbone ? Double utilité.

Reconnaître les

(...) Cliquez ici pour voir la suite