« Intraprendre, c’est un état d’esprit », Caroline Thelier, Directrice PayPal Europe du Sud

Anna Fonters
·2 min de lecture

Après une école d’ingénieur, la création d’une start-up et sept postes différents chez PayPal dans lesquels elle a pu lancer des projets ex nihilo, Caroline Thelier est aujourd’hui Directrice PayPal Europe du Sud. Rencontre avec une intrapreneure.

ELLE. Vous êtes convaincue qu’intraprendre n’est pas un métier mais un état d’esprit… Comment résumeriez-vous l’intrapreneuriat ?

Caroline Thelier. C’est une opportunité pour les salariés de lancer des projets, développer leur créativité, leur esprit entrepreneurial et se démarquer. L’intrapreneuriat permet de regarder les choses différemment et remettre en cause des processus ou produits déjà installés dans l’entreprise pour essayer de les améliorer ou d’en proposer de nouveaux. Cela ne doit pas être une solution de repli si on n’a pas d’idée de start-up : c’est aussi noble que de créer sa boîte.  

ELLE. Vous avez rejoint PayPal (service de paiement en ligne, ndlr) il y a dix ans en tant que cheffe de produit consommateur. Comment avez-vous démarré dans l’intrapreneuriat ?

C.T. A l’époque, PayPal était déjà connu aux États-Unis mais faisait ses premiers pas en Europe. J’ai rejoint l’entreprise après avoir monté ma start-up et on m’a dit : « Fais pareil. Comme si tu inventais un produit ou un service, et considère que tu en es la CEO (PDG, ndlr) ». Ma mission était donc de développer PayPal pour les clients européens. J’ai découvert que l’intrapreneuriat pouvait prendre différentes formes : j’ai intégré une équipe commerciale qui travaillait sur un projet qui peinait à décoller. J’ai décidé de le renommer. Je ne sais pas si c’est cela qui a fait qu’il a fonctionné, mais c’est un...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi