Iran : pourquoi les femmes, visages de la révolte, sont abattues par le régime

La voix angélique de Nika Shakarami résonne encore… Cette adolescente de 17 ans avait disparu dans une manifestation il y a dix jours, sa famille était sans nouvelle de sa part… Seulement, les forces de sécurité iraniennes viennent de rendre le cadavre de la jeune fille à ses parents, avec le nez et le crâne fracturé. Et c’est loin d’être la seule victime de la répression du régime iranien depuis le début des manifestations. Dans une vidéo, il y a quelques jours, Hadis Najafi, nouait ses cheveux blonds en chignon face aux forces de l’ordre. Résultat : la jeune femme de 20 ans est morte, touchées par six balles dans la tête, le cou et la poitrine.

"Un mouvement difficile à contrôler, il éclate partout"

Depuis plus de deux semaines, plusieurs dizaines de femmes ont été abattues par les forces de sécurité iraniennes. Elles sont devenues les visages de la revendication et donc, les premières cibles du régime explique Thierry Coville, chercheur à l’Institut de Relation internationales et stratégiques : "Je crois que ce n’est jamais arrivé en Iran  : les femmes sont en tête des manifestations. Et en plus, l’État fait face à un mouvement qui n’a pas de leader".


Lire la suite sur Europe1