Irlande : Une aventure vertigineuse

Partez pour un road trip sauvage en 4 × 4. Au départ de Cork, du sur-mesure en cinq étapes qui nous transporte du Connemara jusqu’aux falaises de Moher. Cottage cosy, châteaux d’aristos et bonnes tables… on a tout prévu. A vivre intensément sur une ou deux semaines. Suivez le guide.

Dans l’ouest de l’île, la Wild Atlantic Way permet de découvrir la beauté indomptée de l’Irlande. Le mieux est d’y accéder par bateau, en embarquant en voiture à bord du « Pont-Aven » à Roscoff, en Bretagne. Après une nuit de traversée sur Brittany Ferries, l’arrivée se fait au port irlandais de Cork. Puis cap au nord, direction le Connemara en passant par la péninsule de Beara, le Kerry, les petits ports de pêche, les falaises de Moher, le Burren, ce jardin de rocaille géant, mais aussi en pénétrant dans les terres marécageuses, entourées de montagnes et parsemées de lacs. Un paradis pour les poneys et les moutons à tête noire. Et, à chaque étape, un hôtel, un pub, une maison de maître, bourrés de charme et chargés d’histoire, habités par des Irlandais conviviaux, souvent drôles et toujours attachants. 

Longueville House, à partir de 95 € la nuit, petit déjeuner irlandais compris, longuevillehouse.ie.

Longueville House, à partir de 95 € la nuit, petit déjeuner irlandais compris, longuevillehouse.ie. © Jean-Gabriel Barthélemy/Paris Match

Longueville House Un manoir du XVIIIe siècle

Le clan O’Callaghan était le propriétaire de ces terres avant que l’envahisseur anglais, mené par les troupes de Cromwell, ne vienne le spolier au XVIIe siècle. La famille s’exile en Espagne mais revient trois siècles plus tard et rachète le domaine. Le manoir est situé dans la vallée de la rivière Blackwater, située sur les 50 hectares de terre alentour et considérée comme la plus riche en saumons sauvages. Vous pourrez les taquiner et, si la pêche est bonne, le cuisinier concoctera votre prise à votre guise. Dans l’assiette, tous les produits proviennent du jardin, même les céréales. Les cochons sont élevés puis fumés sur place. Ils se nourrissent de la pulpe des pommes bio que les O’Callaghan transforment en cidre et(...)


Lire la suite sur Paris Match