Remontée, Isabelle Adjani répond aux critiques après avoir annulé son spectacle en Australie

Contrainte d'annuler sa présence au Festival de Sydney, Isabelle Adjani a tenu à répondre aux critiques qui ont suivi sa décision. La comédienne a rédigé une tribune publiée par Le Monde.

Depuis le mois de septembre, l'Australie est en proie à de terribles flammes. Le vent et la sécheresse exceptionnelle ont entraîné la généralisation d'incendies colossaux et meurtriers. Une partie de la faune australe a été décimée par ces feux assassins. Près de 500 millions d'animaux ont déjà disparu depuis le début des intempéries. Une tragédie qui impacte aussi de nombreux événements majeurs qui doivent avoir lieu dans le pays. L'actrice Isabelle Adjani a ainsi annulé sa présence au Festival de Sydney. Consacré au théâtre, à la musique et à la danse il devait notamment accueillir plusieurs représentations d'Opening Night, la pièce de théâtre adaptée du film éponyme de John Cassavetes. Cette décision a provoqué la colère du directeur du Festival. La star française a tenu à répondre à ces critiques dans une tribune publiée par le journal Le Monde.

La comédienne rappelle d'abord qu'elle mesure l'aspect dramatique des événements. Elle évoque une tragédie "pure, au sens grecque qui se passe en Australie, est terrible, avec ses "millions d'hectares calcinés (…) une population immense évacuée des villes ou prise au piège entre le brasier et l'océan, plus de 1 milliard d'animaux indigènes décimés (…). Elle rappelle ensuite son rôle en tant qu'artiste : "Non, l'art ne soigne pas tout. Il ne s'agit plus de paraître sur scène, de jouer quand ce qui nous habite, c'est la décence et le respect dû aux victimes (…) des flammes. Les artistes ne sont pas là pour nourrir le déni. Polémiquer sur le fait qu'on annule ou pas… (...) L'urgence se trouve dans les hôpitaux, dans les gymnases qu'il faut ouvrir pour accueillir les gens, tout comme les musées et les théâtres."

Elle fustige enfin l'attitude du directeur du festival, Wesley Enoch, dont elle n'aurait "pas pu (s)e résigner à serrer la main" : "Face à notre décision de ne pas nous rendre à Sydney, il fustige notre petite troupe avec sa déception dans les

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :