Israël n'est plus «un partenaire pour la paix», dénonce Mahmoud Abbas à l'ONU

Jeudi soir, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid, a évoqué la solution à deux États devant l’ONU, le consensus prôné par la communauté internationale. Le président palestinien salue un geste « positif » mais Mahmoud Abbas appelle l’État hébreu à faire preuve d’un engagement « sérieux » à ce sujet, tout en précisant qu’Israël n’était plus « un partenaire pour la paix ».

Avec notre correspondant à Jérusalem et notre envoyé spécial à New York, et Christophe Paget

Après le discours israélien à la tribune de l’ONU à New York, où se tient la 77e Assemblée générale des Nations unies, les Palestiniens ont pu s’exprimer à leur tour. Pour parvenir à la solution à deux États, il faut impérativement renouer le dialogue et « s’asseoir immédiatement à la table des négociations », a dit le président palestinien devant l’Assemblée générale de l’ONU. Il fait référence aux négociations de paix israélo-palestiniennes, à l’arrêt depuis 2014, explique notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa.

Les paroles en l’air et les beaux discours ne suffisent pas, dit en substance le dirigeant palestinien, qui exige que les Israéliens fassent preuve de « crédibilité ». « Si Israël, souhaite vraiment une solution à deux États : il faut mettre un terme à l’occupation », exige Mahmoud Abbas.

« Impunité totale »

À plus de 87 ans, le raïs ne mâche pas ses mots. Il met de côté son discours officiel, pour dire le fond de sa pensée. Exaspéré par « l’impunité totale » dont jouit l’État hébreu, s’énerve Mahmoud Abbas.


Lire la suite sur RFI