"It Takes Two", une merveille de jeu vidéo, entre Pixar et "Chéri, j'ai rétréci les gosses"

·1 min de lecture

En ces temps où la triste réalité du Covid-19 semble ne pas vouloir lâcher son emprise sur nos vies, le besoin de s'évader est plus fort que jamais, que l'on soit confiné ou bien "seulement" sous couvre-feu. Pour des millions de Français, cela passe notamment par les jeux vidéo. Dans ce contexte, It Takes Two ne pouvait pas mieux tomber. Développée par le studio Hazelight et éditée par Electronic Arts, cette petite merveille, disponible sur PC, Xbox et Playstation, brille par son ingéniosité, sa malice, son humour et sa bienveillance. Un jeu qui fait chaud au coeur, donne le sourire et se hisse (déjà) en haut de notre liste des meilleurs titres de 2021.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Divorce, larmes magiques et poupées vivantes

Pour détailler notre enthousiasme, commençons par l'histoire d'It Takes Two, celle de Rose, une petite fille dont les parents, May et Cody, sont sur le point de divorcer. Un crève-coeur pour l'enfant qui ne comprend pas comment son père et sa mère peuvent ne plus s'aimer. En apprenant la nouvelle, elle court se réfugier dans le cabanon au fond du jardin avec ses jouets. En priant pour que ses parents se réconcilient, elle verse une larme sur ses deux poupées favorites. Poupées qui, au réveil, prennent soudainement vie : May et Cody sont prisonniers de ces corps de laine et d'argile !

Les deux parents s'imaginent victime d'un sort. Guidés par un livre parl...


Lire la suite sur Europe1