IVG : en Hongrie, les femmes qui souhaitent avorter sont dorénavant forcées d'écouter les fonctions vitales du fœtus

© Getty Images / Kent Nishimura / Los Angeles Times

Un "récul inquiétant", pointe Amnesty International. Lundi 12 septembre 2022 au soir, en Hongrie, le gouvernement de Viktor Horban a publié dans le Journal Officiel un amendement obligeant les Hongroises enceintes qui souhaitent avorter à être au préalable confrontées par leur obstétricien "d'une manière clairement identifiable" aux "fonctions vitales" du fœtus, lors d'une échographie.

Un décret inquiétant, une échographie trompeuse

Témoignant d'un durcissement de l'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) dans ce pays membre de l'Union européenne (UE), ce décret signé par le Ministre de l'Intérieur Sandor Pinter entrera en vigueur dès ce jeudi 15 septembre, relaie le Washington Post.

Le formulaire à remplir pour avoir droit à un avortement en Hongrie se voit donc modifier, la procédure se durcit.

Lire aussi :

Les pays où l'avortement est encore interdit

The Guardian rappelle que de...


Lire la suite

Plus de "Société" :