IVG : un spot de campagne pro-avortement met l’Amérique face à ses contradictions au Texas

Lerone Pieters

La question de l’avortement a transcendé la campagne électorale aux États-Unis. Rien d’étonnant, les enjeux sont majeurs. Plus de quatre mois après l’abrogation de ce droit au niveau fédéral, le résultat des élections au Congrès pourrait grandement aggraver les choses. Alors, chacun est allé de sa stratégie pour inciter son camp à voter. Au Texas, où avoir accès à l’IVG est désormais quasiment impossible, un collectif s’est formé pour tenter de contrer la réélection du gouverneur républicain Greg Abbott, explique Terrafemina. Son nom : "Mothers Against Greg Abbott", autrement dit, "Les mères contre Greg Abbott". Son message : les décisions américaines sont contradictoires.

Dans un clip de campagne choc, une fille de douze ans se présente dans une agence d’adoption. Elle souhaite devenir mère. À l’accueil, on lui indique, bien évidemment, que c’est impossible. “Si la science dit que je suis assez grande pour avoir un bébé – j'ai eu mes règles en cours de sport – je devrais pouvoir en adopter un, non ?”, répond la jeune fille, déterminée.

Dans un mélange de confusion et d’exaspération, la dame de l’agence d’adoption lui explique sèchement : “Non tu ne peux pas ! Tu devrais lui procurer de la nourriture, un abri, des soins. Tu as un justificatif de revenus ?” Quand l’adolescente suggère alors d’être mère porteuse, l’adulte explique : “Oh mon dieu ! Les grossesses adolescentes présentent plus de risques de prééclampsie, de toxémie, de traumatisme psychologique…” La jeune fille n’a (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Royaume-Uni : une "boîte à outils" antisexisme pour les garçons lancée dans les écoles de Londres
Qu'est-ce que la méthode des 5-D pour lutter contre le harcèlement de rue ?
"Commence à t’aimer", la lettre inspirante de Samira Wiley à la petite fille qu’elle était
Journée de l'adoption : le gouvernement se penche enfin sur le cas des pratiques illicites en France
Homophobie dans le foot : la Ligue professionnelle s'associe à une cellule d'écoute pour libérer la parole