Jérôme Anthony en deuil : il révèle comment "Tous en cuisine" l'a aidé à remonter la pente

Un duo qui fonctionne à merveille. Chaque soir, Cyril Lignac propose aux téléspectateurs de M6 de cuisiner, en direct de son appartement, des recettes que le chef écrit pendant le week-end. Le tout avec des invités vedettes, comme Olivier Giroud qui a attiré l'attention avec ses ongles ou Estelle Lefébure, qui n'a pas hésité à faire une allusion à son ex-mari, l'animateur Arthur. Si les invités changent, connus ou pas connus, il y a une personne bien présente à chaque émission : Jérôme Anthony, le fidèle complice de Cyril Lignac. Histoire de rajouter un zeste de bonne humeur dans un programme certes culinaire, mais également de divertissement. L'animateur de M6, pas toujours bien perçu au démarrage du programme, a cependant apporté son agréable joie de vivre. N'hésitant pas à se montrer nu au grand désespoir, comique, du chef aveyronnais.

Jérôme Anthony, qui n'hésite pas non plus à relever les erreurs commises par Cyril Lignac, a vécu cette période de confinement du mieux possible, avec son fils à Nancy. Dans une interview accordée, via Skype, à l'émission Good Morning Week-end sur Non Stop People, il a reconnu que "ce confinement a été très sympathique, parce que faire une émission tous les jours et garder le lien avec les téléspectateurs, c'est quand même un privilège". Même s'il avoue à demi-mot que, personnellement, cela n'a pas toujours était simple. "Dans mon entourage ça n'a pas été évident, mais on a gardé le cap et le sourire. On s'est amusé."

"J'ai perdu ma grand-mère pendant ce confinement et j'étais très proche d'elle"

Interrogé par le journaliste Mickael Dorian sur la raison de ses préoccupations, Jérôme Anthony lâche, avec un peu de réticence, la cause pour laquelle il a connu des tourments pendant cette période de confinement. "J'ai perdu ma grand-mère, figurez-vous, pendant ce confinement et j'étais très proche d'elle, j'ai dû conjuguer avec tout ça." Toujours sous le coup de l'émotion, il finit par mettre un terme à la discussion. "Voilà, mais je n'ai même

(...) Cliquez ici pour voir la suite