Jérôme Kerviel : ce cadeau qui a redonné un sens à sa vie

En 2008, avant que le scandale n'éclate, Jérôme Kerviel n'est qu'un simple trader de l'une des plus grandes banques françaises. Mais lorsque ses agissements sont révélés au grand jour, ce Breton devient l'une des personnalités qui fait régulièrement les gros titres de la presse. Il est reconnu coupable d'une fraude s'élevant à près de 5 milliards d'euros. Il est condamné à 3 ans de prison ferme et 2 ans avec sursis. Après 5 mois, sa peine sera aménagée en liberté sous bracelet électronique. La vie ne sera jamais plus la même désormais pour ce fils d'une coiffeuse et d'un artisan forgeron. "Pour parler vulgairement, c’est une vie de merde", raconte-t-il pour décrire son quotidien en septembre 2013 dans les colonnes de 20 Minutes. "Je n’ai ni emploi, ni le moindre revenu. Je n’ai pas de Sécurité sociale. Je n’ai pas de logement. Il m’est impossible de construire quoi que ce soit, d’avoir une vie normale, une vie affective normale", explique-il alors.

⋙ Levothyrox, Distilbène, Dépakine...: ces femmes ont dénoncé des scandales sanitaires

Aujourd'hui Jérôme Kerviel va mieux et il ne s'en cache pas. Lui qui rêvait d'une vie de famille a vu son souhait s'exaucer. "Sans emploi et ruiné il y a encore deux ans, je n’avais plus de domicile. J’ai été hébergé par un ami, d’autres m’ont dépanné pour que je puisse continuer à manger et à vivre. Et puis, j’ai rencontré ma femme et j’ai aujourd’hui le grand bonheur d’être papa d’une petite fille dont je m’occupe beaucoup", avait-il confié lors d’une conférence le 17 octobre dernier. Une renaissance que l'ancien trader savoure après des instants difficiles. "J’ai eu le pétard dans la bouche une première fois et la corde au cou une seconde fois. Oui, j’ai pensé au suicide. Je reconnais mes fautes mais je refuse de payer pour un système financier devenu fou", a révélé le père de famille qui fête ce samedi 11 janvier ses 43 ans.

A lire aussi : "Balance ton post" : Cyril Hanouna s'en prend violemment à Raquel Garrido et l'accuse d'antisémitisme

(...) Cliquez ici pour voir la suite