"J’ai été violée par 20 personnes" : un procès hors norme pour un viol collectif va s’ouvrir lundi 21 novembre 2022

1252. UNSPLASH

Une affaire qui fait froid dans le dos. Le 29 mai 2013, une jeune fille de 17 ans se rend à la Protection maternelle et infantile de Morsang-sur-Orge accompagnée de trois amies. En pleurs, Inès, comme l'ont surnommée les journalistes du Parisien dans leur publication du 20 novembre 2022, confie avoir été "violée par vingt personnes", coincée dans les toilettes publiques d'un parc de l'Essonne. Un peu moins d'un an après les faits, neuf mineurs avaient été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur le viol collectif de cette adolescente. Entendus à ce moment-là, les interpellés avaient "tous plus ou moins" été présents sur les lieux, mais ont nié "avoir eu des relations sexuelles avec la victime", selon le média 20 Minutes en février 2014. En juin 2013, 19 mineurs avaient été arrêtés. Parmi eux, neuf ont été mis en examens et deux avaient reconnu les faits, confondus par leur ADN retrouvé dans les toilettes publiques du lieu du drame. Le procureur adjoint au tribunal d'Evry a précisé que les autres adolescents accusés d'actes sordides avaient notamment été identifiés grâce à des photos.

C'est lundi 21 novembre 2022 que débute le procès de 12 hommes jugés par la cour d'assises des mineurs de l'Essonne, près de dix ans après les faits. Ils sont accusés de viol en réunion et de complicité de viol en réunion. Le procès, d'une durée de 10 jours, prendra fin le vendredi 2 décembre 2022. 10 autres hommes, mineurs au moment des faits, âgés aujourd'hui entre 23 et 27 ans, sont renvoyés devant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite