"J’ai dû lever les yeux vers d'autres femmes noires" : Willow Smith se confie sur l'acceptation de soi

Emma McIntyre / Employé

Alors que de nombreuses personnes ont (tristement) repris le chemin de l’école et du bureau, Willow Smith, elle, s’affiche fièrement en couverture du numéro de septembre du magazine Glamour. La célèbre fille de Will Smith et Jada Pinkett Smith, devenue ces dernières années une véritable icône de la génération Z, s’est confiée à nos confrères au sujet de sa santé mentale et de son processus d’acceptation de soi. Enfant star malgré elle, l’actrice et chanteuse a effectivement dû faire un important travail sur elle-même avant de véritablement se trouver et s’accepter – et ne pas seulement suivre le chemin tout tracé qui l’attendait. "J’étais vraiment intrépide à l'époque !" reconnaît-elle en évoquant ses premières années dans le show-business. "Je réfléchis un peu plus aux choses avant de les faire maintenant. J'ai l'impression d'évoluer en permanence et d'essayer de trouver la version la plus authentique de moi-même."

"J'aime faire ce que je ressens. Je n'aime pas trop y penser", a également déclaré Willow Smith, en faisant notamment référence à sa coupe de cheveux. "J'aime être libre avec ça. Je pense qu'être simplement moi, parfois, est radical. D’ailleurs, me raser la tête est peut-être la chose la plus radicale que j'aie faite au nom de la beauté." Si elle semble à ce point en phase avec elle-même, c’est notamment grâce à certaines figures qui l’ont aidée à forger sa personnalité. "J’ai dû lever les yeux vers d'autres femmes noires. Juste regarder quelqu'un qui est comme moi, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vertiges, perte d’audition, nausées : qu’est-ce que la maladie de Ménière dont souffre Hoshi ?
La qualité de votre sommeil pourrait prédire le moment de votre mort (et c'est flippant)
Colporter des ragots aurait des effets néfastes sur notre santé mentale
D’après une étude scientifique, notre attirance pour quelqu'un pourrait se lire… sur notre visage
Quelles sont les quatre années de votre vie où vous serez le plus heureux ? Une étude répond