J’enseigne l’économie-gestion et l’informatique et je me demande comment faire cours à distance - BLOG

Ada L.
Je dois reconstruire mes cours, les repenser, les adapter. Au mieux. En urgence. Pour lundi. Et mardi. Et mercredi. Et ainsi de suite. Parce que, au-delà de la continuité pédagogique, je ne veux pas que les élèves dérochent de leur scolarité ni les étudiants de leurs études. (image d'illustration)

BLOG - Je ne suis pas en vacances. Cent cinquante élèves le souhaiteraient, dans une vision naïve que l’école, ça ne sert à rien sinon à enquiquiner le monde.

Je suis maître déléguée auxiliaire en lycée. Ce qui signifie que je fais le même taf qu’un enseignant certifié tout en étant payée beaucoup moins et que j’enchaîne les CDD dans l’espoir d’obtenir le concours pour accéder, enfin, à une grille de salaire “correcte” (je ne peux pas m’empêcher de mettre les guillemets, mon expérience antérieure étant à peine reconnue, mais c’est un autre sujet). Je l’ai choisi. Parce que j’aime ce métier.

L’amour d’enseigner

J’enseigne l’économie - gestion et l’informatique, une bizarrerie dans la gestion des compétences: pour apprendre à des étudiants à devenir des techniciens en informatique, il faut aussi être capable de leur enseigner le droit. Je suis donc économiste, juriste, développeuse web et objet, experte en systèmes et réseaux et en management. Je vous rassure, ma tête passe encore les portes.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

J’apprends mon métier depuis presque 3 ans, épaulée par des collègues en or et confortée par des formations ponctuelles. La première année, j’ai fait comme j’ai pu; la deuxième année, ça a commencé à aller mieux; la troisième année, je me suis rendue compte que j’avais des élèves en face de moi. C’est le moment où ce boulot devient génial. J’ai commencé à comprendre que la pédagogie était forcément personnelle, liée à qui j’étais et que je ne devais pas me renier et rentrer dans une petite case toute bien définie (tant que je respectais certaines obligations, ce n’est pas l’anarchie quand même). L’espace de créativité s’est agrandi et je n’hésite pas à consacrer mes loisirs (pas si nombreux qu’on veut bien le croire,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post