« J’ai eu un bébé quatre ans après mon cancer du sein et la congélation de mes ovocytes ! »

Emilie Poyard

Carole a 32 ans quand on lui diagnostique un cancer du sein de grade 3 en mai 2012. Cette habitante de Nice nous a écrit car elle a vécu une histoire peu banale. Elle a pu avoir eu un deuxième enfant après avoir fait congeler ses ovocytes, dès qu’elle a appris qu’elle avait un cancer et juste avant d’attaquer le traitement qui allait lui sauver la vie. Clara est née en janvier 2017. Une revanche sur la maladie. A l'occasion de la journée mondiale contre le cancer ce 4 février, découvrez le témoignage plein d’espoir de Carole.

« En mai 2012, j'avais 32 ans et un enfant de 4 ans et demi.  J'avais une sensation de gêne dans le sein droit. Une boule qui, au toucher, me semblait vraiment grosse. Deux ans auparavant, j'avais fait une échographie qui s'était révélée normale : « Rentrez chez vous, tout va bien ». A ce moment-là, vous vous dites : « Ok, j'ai flippé pour rien, c'est juste un kyste". Puis, le temps a passé et un jour, je ressens fortement une gêne, surtout en étant allongée sur le ventre. Au toucher, cette "boule" a, semble-t-il, pris de l’ampleur et je panique en réalisant qu’elle a bien grossi. Je décide alors de prendre rendez-vous pour une échographie, persuadée que cette fois, c'est grave. Ce jour-là, la radiologue entame l'échographie, poursuit avec la mammographie et me parle de biopsie car ce qu'elle voit à l'image ne semble pas bon. Je lui demande alors de me dire la vérité. Elle semble prendre son courage à deux mains et me dit "ça m'a tout l'air d'un cancer, Madame". Elle avait ce regard qui veut dire "mince, comment vais-je lui annoncer cela, la pauvre".
 
La douche froide, vous connaissez cette expression ? Et bien elle prend tout son sens dans un moment pareil. D'ailleurs, j'ai vu tout blanc et je me suis sentie mal. Après la biopsie, une attente insoutenable avant d’obtenir les résultats. Puis, il y a ce coup de fil où l'on vous dit de venir à la clinique car vos résultats sont arrivés et que l'on ne communique rien par téléphone....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi