"J’ai peur de mal choisir" : pourquoi les jeunes ne votent plus ?

Les jeunes votent de moins en moins. C'est vrai dans toutes les catégories (les étudiants comme les jeunes actifs) et pas uniquement pour les élections à venir. Ils ont toujours été "moins civiques que les aînés", certes, mais "un gouffre s'est créé aux élections européennes de juin 2024", constate Stéphane Zumsteeg, directeur du département politique opinion à l'institut de sondage Ipsos. Les chiffres révèlent plus de 60 % d'abstention chez les moins de 35 ans contre près d'autant de participation chez les plus de 70 ans. Ce que marque ce chiffre d'après Stéphane Zumsteeg ? "Une certaine prise de distance à l'égard de la chose politique et plus exactement des élections. Ce qui ne veut pas dire que les jeunes ne s'intéressent pas à la vie publique." Au contraire.

Commençons par faire les présentations. Amaïa Courty, chercheuse en sociologie et en sciences politiques, regroupe les jeunes abstentionnistes en deux catégories :

Il y a en effet un lien très étroit entre l'éloignement des jeunes vis-à-vis du vote et leur niveau de précarité (diplôme, catégorie socioprofessionnelle des parents, situation géographique de résidence).

Ceci étant posé, qu'en est-il vraiment ? Surprise : non, les jeunes n'ont pas "la flemme" d'aller voter. Globalement, les raisons qui les en éloignent sont à chercher ailleurs.

Commençons par rappeler que le rapport des jeunes au vote est différent de leur rapport à la politique. Si les jeunes s'éloignent des urnes, la théorie de leur dépolitisation est fausse (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite