“J’ai pleuré” : ces critiques que Léa Salamé n’a pas supportées

·1 min de lecture

Depuis ses débuts à la télévision dans les années 2000, Léa Salamé a su s’imposer comme l’une des journalistes politiques les plus connues de l’Hexagone. Co-présentatrice de la matinale de France Inter avec Nicolas Demorand, du programme politique Vous avez la parole avec Thomas Sotto sur France 2, et prochainement du talk-show On est en direct avec Laurent Ruquier sur la Deux également, elle est aujourd’hui sur tous les fronts. Mais bien sûr, pour en arriver là, Léa Salamé a dû essuyer des échecs, des “grands moments de solitude”, et de nombreuses critiques. Mais certaines sont plus difficiles à accepter que d’autres. Mercredi 30 juin 2021, la journaliste de 41 ans s’est confiée sur les difficultés de son métier dans le podcast Au comptoir de l’info, sur les ondes de France Info. Elle est notamment revenue sur l’un des pires moments de sa carrière : son entretien avec Carlos Ghosn, qui a suscité de vives réactions négatives sur les réseaux sociaux.

“J’accepte les critiques, je les comprends et c’est normal, je connais le deal. Sur l’interview de Carlos Ghosn, je vous assure que c’est une blessure. Je l’ai vécu comme quelque chose d’injuste”, a confié Léa Salamé, visiblement toujours très affectée. En janvier 2020, France Inter avait envoyé la journaliste franco-libanaise à Beyrouth pour un entretien exclusif avec l’ancien patron de Renault-Nissan, après sa fuite du Japon. Les internautes l’avaient notamment accusée de s’être montrée trop complaisante avec le fugitif. Mais pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles