Jack Lang : ses terribles confidences sur les derniers jours de François Mitterrand

·1 min de lecture

Des souvenirs qui appartiennent à l'Histoire. Dans les colonnes de nos confrères de L’Obs, jeudi 6 mai 2021, Jack Lang a partagé le contenu de sa dernière discussion avec François Mitterand. Affaibli, l'ancien président de la République, atteint d'un cancer de la prostate diagnostiqué en 1981, ne voyait plus beaucoup de monde. Autour de lui, il n'avait gardé que les amis qui lui étaient chers. Ceux à qui il pouvait tout dire. Il invite ainsi Jack Lang à un réveillon à Latche. Ce sera le dernier du président de la République. "Ce soir-là, François Mitterand était malade. Alors qu’il était habituellement autour de la table commune, il s’est mis un peu à l’écart. Nous allions tour à tour échanger avec lui. On a parlé d’écrivains, de livres. Il était en pleine forme intellectuelle. Simplement, il souffrait et il m’a dit : 'C’est parfois comme s’il y avait la Gestapo en moi'. Il décrivait les horribles souffrances qui torturaient son corps."

A l'époque, son état est déjà compliqué à gérer. François Mitterand lui fait comprendre qu'il est déjà résigné face à son sort. Un sort qu'il attendait avec une certaine paix au moment de ce réveillon. "Puis, il m’a avoué : 'J’ai résolu la question philosophique'. Je n’ai pas osé lui en demander plus. Je crois qu’il voulait dire par là : 'J’ai résolu la question de l’après' ". Jack Lang n'a toujours pas donné de sens exact à cette phrase très énigmatique prononcée par François Mitterand. "Je ne sais pas quoi en déduire. Était-il redevenu croyant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles