Jacques et Bernadette Chirac : cette émission qui a failli briser leur couple

Karl Zéro n’a pas l’intention de faire de cadeaux. Après avoir balancé sur Laeticia Hallyday “l’héritière”, c’est désormais au tour de Jacques Chirac. Dans son livre Karl Zéro balance tout, paru le 12 décembre 2019, le célèbre journaliste revient sur ses dix années dans l’émission de Canal+. Entre 1996 et 2006, Karl Zéro a passé son temps à tutoyer les personnalités, et notamment tenter de tirer les vers du nez de nos politiques. Entre véritables reportages et sketches truqués, Le Vrai journal dévoilait parfois de drôles d’anecdotes sur nos dirigeants… Et c’est bel et bien l’une de ces séquences qui a failli causer l’arrêt de l’émission, et la séparation du couple Chirac ! Si le penchant de Jacques Chirac pour les activités extraconjugales n’est plus un secret pour personne, et encore moins pour Bernadette, certaines histoires n’ont pas à être révélées au grand public. C’est du moins l’avis de l’ancienne Première dame…

⋙ Jacques et Bernadette Chirac : leurs drôles de pratiques sur le siège arrière de la voiture

Invité au micro du Jardin secret sur la radio Totem, le 25 janvier 2020, Karl Zéro est revenu sur ce passage qui a bien failli lui coûter son poste de présentateur. “Ça a failli s’arrêter au bout de deux mois exactement. On avait diffusé la semaine d’avant un petit document amusant où il y avait l’empereur Bokassa qui était interviewé par un journaliste belge, et il disait : 'Ma femme, l’impératrice, est venue me voir et m’a dit : ‘Chirac veut coucher avec moi, qu’est-ce que je fais ?’. Et je lui ai dit : ‘Vas-y c’est un gaulliste’. Cette réponse était tellement drôle, tellement inattendue qu’on l'a diffusée”, s’est souvenu l’animateur aux lunettes. Une anecdote qui n’a pas dû sembler si drôle à Bernadette Chirac… “Ce jour-là, Jacques Chirac, lui-même qui était président, regardait depuis la salle à manger de l’Élysée en compagnie de Bernadette et, pire que tout, de la mère de Bernadette, Madame Chodron de Courcel, âgée de 85 ans au moins à l’époque. Ils regardaient

(...) Cliquez ici pour voir la suite