• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jacques Chirac "grand séducteur" : Bernadette se confie sur ses difficultés à être sa femme

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Quelle image a laissé Jacques Chirac auprès des Français après une longue carrière politique ? Celle d'un homme sympathique, vache sacrée des Salons de l'Agriculture ? Celle de la figure incontournable des Guignols de l'info, caricaturée en "Super menteur" et en "mangeur de pommes" ? Celle du redoutable animal politique qui a oeuvré pendant près de cinquante ans pour son pays ? Il reste certainement un peu de tout ça lorsqu'on parle d'un sacré personnage, disparu le 26 septembre 2019. Deux ans après sa mort, France 2 a rendu hommage au plus Parisien des Corréziens en rediffusant le Vivement dimanche, que Michel Drucker lui avait consacré en 2009. Une émission au cours de laquelle "l'oreille des stars" avait recueilli les confidences de celle qui a partagé sa vie, pour le meilleur comme pour le pire, pendant plus de soixante ans. Et Bernadette Chirac n'a rien caché de sa relation avec celui qu'elle a rencontré sur les bancs de Sciences Po.

Car la vie aux côtés de ce Casanova moderne n'a pas "été un long fleuve tranquille" pour cette femme au caractère diamétralement opposé. Outre son côté narcissique exacerbé par cette phrase qu'il lui répétait tous les matins, l'ancienne Première dame, à la santé aujourd'hui fragile, devait rester de marbre face à la libido débordante de son compagnon. "C’était un grand séducteur, mais vous savez, il n’y a pas que lui. En général, les messieurs quand ils ont des responsabilités, ils plaisent aux femmes. Les femmes sont comme des papillons autour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles