Jacques Toubon en deuil : son épouse Lise Toubon est morte

·2 min de lecture

Jacques Toubon est en deuil. Lise Weiler, la femme qu’il avait épousée en 1982, est décédée lundi 1er mars 2021 à 87 ans. Un immense coup dur pour l’homme politique et les proches du couple, qui ont annoncé la nouvelle avec une "immense émotion" dans le carnet du Figaro le jour de sa mort."La cérémonie religieuse sera célébrée le jeudi 4 mars, à 10h30, en l’église Notre-Dame-des-Champs, 91, boulevard du Montparnasse, Paris (6e). Suivie de l’inhumation au cimetière du Montparnasse", peut-on lire dans le communiqué. Lise Toubon laissera également un grand vide chez les artistes. Après avoir épousé Jacques Toubon en secondes noces à la suite de la mort de son premier mari Michel, cette passionnée d’art a en effet beaucoup œuvré pour les soutenir, notamment grâce à son carnet d’adresses bien rempli.

C’est grâce à un professeur de philosophie du lycée français de Londres, où elle était scolarisée, que Lise Toubon s’est intéressée à l’art pour la première fois : “Il m’emmenait dans des galeries d’art, et j’ai commencé une collection d’affiches contemporaines", expliquait-elle à La Croix en en 1996.

Lise Toubon était mère de deux enfants : Jean-Walter, qui est mort d’une overdose, et Sophie. C’est d’ailleurs grâce à elle qu’elle a rencontré son dernier mari. Étudiante à la faculté de droit d’Assas, Sophie lui a en effet présenté des personnalités du RPR, dont Jacques Toubon. C’était en 1979. "Il était alors le monsieur élection du RPR. Il avait un costume marronasse", s’était-elle souvenue dans le quotidien Libération en 1995. De sensibilité centre-gauche, Lise Toubon n’avait pas hésité à "l’agresser”, trouvant son discours trop "passéiste". Des revendications qui ont rapidement laissé place à la séduction : "Je refusais son appartenance politique. Mais j’étais troublée par son côté non-bidon", avait-elle révélé.

Lise Toubon a par la suite épousé l’ancien ministre en 1982, un an avant sa nomination à la tête de la mairie de Paris. Malgré leurs divergences politiques, Lise Toubon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite